En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Afrique : la culture, un filon à exploiter

FOCUS
17 février 2014
Le magazine African Business consacre son numéro de février 2014 aux industries créatives du continent noir et à leur potentiel, encore sous-utilisé, de création de richesse et de développement social. A lire ci-dessous.

A en juger par les chiffres publiés par l’UNESCO et le PNUD sur le commerce mondial de biens et services culturels, les industries créatives se portent bien. Néanmoins, la part que représente la création africaine dans ce flux de richesse reste faible, d’autant plus si on la compare à la diversité des cultures et à l’abondance de talents du continent. Ce constat constitue le point de départ du dossier "Fortunes to be made from Africa's creativity" qui, à l'aide de chiffres clés et d'interviews d'experts, dresse un état des lieux de la création africaine et analyse les conditions nécessaires à son épanouissement ainsi que les difficultés auxquelles elle est confrontée.

Le secteur culturel peut faire la différence en termes de génération de revenus, de création d’emploi et d’exportations. Le dossier d'African Business le prouve en s'appuyant sur des cas concrets. Nollywood, la filière cinématographique nigériane génère, d'après le British Council, 5% du PIB nigérian et 11% des exportations non pétrolières. Elle est désormais le deuxième employeur du pays. En Afrique du Sud, pays qui accueille l'une des industries cinématographiques les mieux développées du continent, les impôts directs et indirects payés par les entreprises du secteur ont généré, en 2012, un flux de 63 millions de dollars.

Malgré cela, les industries créatives africaines souffrent encore d'une fragmentation de la chaîne de valeur et d'un déficit infrastructurel : afin d'exploiter le potentiel de marché des films africains, par exemple, il est estimé que 1,000 salles de cinéma devraient être ouvertes chaque année en Afrique. La faible protection de la propriété intellectuelle, le manque de soutien public et de formations pour les créateurs empêchent également le continent de saisir pleinement les opportunités de croissance offertes par le secteur culturel et créatif.

Aujourd’hui, le développement des industries culturelles en Afrique semble primordial afin de satisfaire les attentes du public jeune, de plus en plus demandeur de contenus locaux. Comme le rappelle le journaliste Anver Versi, reprenant son intervention à la 3ème Conférence sur l'économie créative en Afrique (2013): à l’avenir « les jeunes africains auront constamment besoin de récits créés par eux-mêmes, plutôt qu'importés d’autres zones géographiques ». Fort de ce constat, le journaliste appelle à faire de la culture « un pilier du développement des économies nationales ».

FOCUS

Alerte du CSA : radio et télévision se privent de talents au féminin

5 mars 2014

Le 12 février 2014, le groupe de travail "Droits des femmes" du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a publié un bilan de ses premiers travaux. Il dresse un portrait peu encourageant de la place des femmes à la télévision et à la radio.

(+)
Chiffres clés

Moins de 20% des experts interrogés par les médias sont des femmes

13 février 2014

A l'occasion de la Journée mondiale de la radio, l'Unesco diffuse des chiffres sur la place des femmes dans les médias. Une infographie les résume.

(+)
Fermer Partager