En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Dénoncer les abus commis à l'encontre des droits de l'homme et provoquer des changements politiques à l'ère des médias sociaux

Forum jeunes
30 décembre 2014

"Les médias sociaux se sont révélés un vecteur extrêmement efficace permettant de dénoncer les abus commis à l'encontre des doits de l'homme et de réunir un soutien massif du public pour appeler au changement politique."

La Révolution tunisienne, qui a commencé le 18 décembre 2010 et a duré jusqu'au 14 janvier 2011, a été le théâtre de violents affrontements, les manifestants subissant la répression des forces de l'ordre. Excédé par la corruption politique, les mauvaises conditions de vie, une inflation et un taux de chômage élevés et le peu de liberté politique, le peuple tunisien s'est soulevé pour protester contre le Président Zine El Abidine Ben Ali qui, en à peine trois semaines, s'est vu obligé de mettre un terme à 23 ans de règne, donnant le coup de grâce au parti du Rassemblement constitutionnel démocratique qui a été tout récemment démantelé pour laisser place à la démocratie en Tunisie.

Au terme de la révolution, près de 300 personnes ont été tuées et 700 blessées, mais ces chiffres auraient pu être bien plus élevés si les activistes n'avaient pas utilisé les médias sociaux pour se mobiliser.En utilisant Facebook, les manifestants pouvaient créer des événements en indiquant la date, l'heure et le lieu des rassemblements. Des groupes se sont créés pour engager un soutien massif du public contre les dirigeants. En parallèle, les gens publiaient des photos et des vidéos sans équivoque des violences commises par la police sur Facebook, Twitter et YouTube, nourrissant ainsi la résistance civile. De même, l'énorme succès qu'ont rencontré les médias sociaux dans la Révolution tunisienne a joué un rôle important dans la propagation de l'hostilité publique à l'égard des gouvernements répressifs pendant le Printemps arabe et dans l'organisation de protestations de masse. Près de quatre ans après la Révolution tunisienne, les dirigeants de l'Égypte, de la Libye et du Yémen ont été renversés.

Aujourd'hui, depuis nos ordinateurs et téléphones portables, nous sommes témoins des atrocités commises en Ukraine, de celles commises par l'état islamique d’Irak ou encore par Al Shâm (EI). Nous avons vu sur YouTube la violence avec laquelle la police sévit contre les manifestants anti-gouvernementaux en Ukraine et nous avons tous été témoins des images extrêmement crues des exécutions perpétrées par l'EI. Avec les médias sociaux, les populations du monde entier sont capables de créer une cohésion sociale immédiate contre les dirigeants et les gouvernements qui n'ont que faire des droits de l'homme, de la souffrance et de la mort. Les réseaux sociaux nous permettent de prendre conscience des événements qui se déroulent dans le monde et donnent à tout un chacun, où qu'il se trouve, la possibilité de faire entendre sa voix sans craindre la censure. En y réfléchissant, sans les médias sociaux, il serait presque impossible de se rassembler pour protester efficacement contre l'oppression et, par là même, de nourrir un changement politique nécessaire face aux troubles civils.

Jr. Ton La est Américain, il a 21 ans. Il a choisi ce sujet car « utiliser les réseaux sociaux, c’est bien plus que publier un lien sur Facebook, rester en lien avec les amis et la famille sur Twitter ou publier une vidéo sur YouTube. Les réseaux sociaux sont le vecteur d'un changement politique immédiat en ce qu'ils unissent des personnes du monde entier et les amènent à exprimer leur passion et leurs sentiments directement sur le front. »

La tribune engage exclusivement son auteur et ne reflète aucunement l'opinion de Vivendi.
Chiffres clés

Les jeunes et les écrans : +36% de contacts avec internet en France en 2013

31 décembre 2014

Généralisation d’Internet, des smartphones, multiplication des écrans : avec le basculement dans l’ère du numérique, les jeunes ont adopté de nouveaux comportements médias correspondant à de nouvelles pratiques culturelles. Quels sont plus précisément les nouveaux médias des jeunes et pour quels usages ? Le 9 décembre 2014, le CSA organisait un colloque autour du thème les jeunes et les écrans. Bilan.

(+)
Focus

Droits de l’homme à l’ère numérique : quels enjeux pour les entreprises ?

9 décembre 2014

C’est le thème de l’émission spéciale que Vivoice a organisé à l’occasion du 66ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Pour en débattre, Vivendi a invité des représentants du Conseil d’Etat, de la FIDH et de l’Unicef. 

(+)
Fermer Partager