En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Les Cyan Girls, développeuses de jeux vidéo Made in Sénégal

Focus
29 mars 2013
Passionnées d’informatique, Awa C., Awa G. et Binta se sont lancées face à leurs confrères 100% masculins et ont développé ensemble le premier jeu vidéo sénégalais, Dakar Madness.

Les trois jeunes femmes ne manquent pas d’ambition : après avoir participé à la finale mondiale de la « Imagine Cup » à New York, elles se concentrent maintenant sur la création de leur propre entreprise Jiguene Tech.

Leur ambition ? Imaginer et développer des jeux vidéos et applications utiles pour leur pays, et surtout pour les femmes.

SparkTour au Sénégal : les Cyan Girls

Le SparkTour : deux globetrotteuses à la rencontre des entrepreneurs culturels

Cet article est proposé par le SparkTour : le tour du monde culturel par deux jeunes Françaises, Karine et Adèle. Leur objectif : partir à la rencontre de femmes et hommes, entrepreneurs sociaux et journalistes, qui grâce à leurs actions innovantes revitalisent le tissu local. Vivendi, partenaire du SparkTour, a le plaisir de relayer, en exclusivité, les initiatives culturelles les plus audacieuses repérées par ces globetrotteuses. Plus d’infos sur le projet: www.sparktour.fr

Focus

Rapprocher les technologies numériques et le monde de la culture au Sénégal :...

29 mars 2013

Trias Culture est un oiseau hybride, inqualifiable, à mi-chemin entre association, entreprise culturelle et label de formation.

(+)
Focus

NENA : à la découverte du futur Amazon africain

29 mars 2013

L’entreprise sociale NENA, les Nouvelles Editions Numériques Africaines, a pour objectif de diffuser le contenu éditorial africain dans le monde entier. Le constat de Marc-André Ledoux son fondateur, Québécois installé au Sénégal depuis 7 ans, est le suivant : si rien n’est fait pour sauvegarder et pérenniser le patrimoine africain, non seulement la perte culturelle sera majeure mais le savoir local ne pourra jamais être diffusé dans le monde.

(+)
Fermer Partager