En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Les jeunes et les écrans : +36% de contacts avec internet en France en 2013

Chiffres clés
31 décembre 2014

Généralisation d’Internet, des smartphones, multiplication des écrans : avec le basculement dans l’ère du numérique, les jeunes ont adopté de nouveaux comportements médias correspondant à de nouvelles pratiques culturelles. Quels sont plus précisément les nouveaux médias des jeunes et pour quels usages ? Le 9 décembre 2014, le CSA organisait un colloque autour du thème les jeunes et les écrans. Bilan.

Même si la technophilie a toujours été caractéristique des pratiques culturelles des jeunes, avec la révolution numérique l’aspect moteur des jeunes dans la diffusion des nouvelles technologies a pris une nouvelle ampleur. Selon l’étude du CSA « Quels écrans utilisent les 13-24 ans et pour quels usages ? » (décembre 2014), la génération « numérique » accélère l’équipement des foyers en appareils numérique et s’est appropriée une multitude d’écrans au quotidien. Ainsi, entre 95% et 96% des 13-24 ans vivent dans un foyer équipé d’un ordinateur et 75% d’entre eux sont équipés d’un smartphone (soit 23 points de plus que l’ensemble de la population).  De 2009 à 2013 le poids du mobile chez les jeunes a ainsi été multiplié par deux dans l’ensemble des contacts médias et sur la même période ils ont +36% de contacts avec internet.

De même, l’importance de la musique, constante dans le comportement médias des jeunes depuis les années 1960 où elle s’est affirmée comme vecteur d’identification et d’expression, augmente à l’ère numérique avec internet en pourvoyeur d’accès aux contenus. En 1998, 44% des 15-29 ans écoutaient de la musique tous les jours, ils sont le double en 2008.

Mais, le basculement à l’ère numérique a aussi entraîné une fragmentation des audiences en abolissant la linéarité : avec internet les jeunes ne sont plus dépendants des grilles de programmes et peuvent choisir leur horaire de visionnage ou d’écoute des émissions. De fait, les jeunes sont les premiers consommateurs de la télévision de rattrapage: les 15-24 ans représentent 25% des utilisateurs de la télévision de rattrapage et en 2013 ils sont 75% à avoir regardé un programme TV en direct ou en rattrapage sur un autre écran que le téléviseur (contre 50% pour l’ensemble de la population). Ils apprécient toujours autant la télévision que leurs aînés mais ils la regardent davantage à travers d’autres écrans et ont pour habitude d’interagir constamment via leurs smartphones – premier terminal culturel des jeunes. On observe la même chose pour la radio où les supports multimédias représentent +30% du volume d’écoute chez les 13-24 ans.

Cette accessibilité des contenus permise par le numérique a aussi engendré un phénomène de cosmopolitisme culturel avec une part de contenus culturels d’origine étrangère croissante: en 1998, 18% des jeunes regardaient la télévision dans une autre langue (7 points de plus que leurs aînés) contre 26% en 2008 (soit le double de leurs aînés).

Mais si les médias à l’ère du numérique permettent la large diffusion des savoirs et si les parents considèrent souvent les outils technologiques comme éducatifs, à l’inverse l’éducation des jeunes aux médias est nécessaire. Les jeunes sont les premiers utilisateurs des nouvelles technologiques dont ils font de nouveaux usages – amplifiant de ce fait la fracture générationnelle – et le CSA se doit d’être attentif pour accompagner au mieux la jeunesse. Pour que les jeunes puissent utiliser les nouveaux médias en toute connaissance de cause, notamment dans leur recherche de contenus (moteurs de recherche, usurpation des données personnelles, algorithme de recommandations) plus qu’une régulation, une éducation s’impose.

Réduire la fracture numérique d’un côté et la fracture générationnelle de l’autre, c’est là tout l’enjeu des nouvelles politiques culturelles.

 

Pour aller plus loin :

L’étude du CSA « Quels écrans utilisent les 13-24 ans et pour quels usages ? » (décembre 2014)

Les enquêtes « Pratiques culturelles des Français 1988, 1997 et 2008 », menée par l’INJEP et le le DEPS du ministère de la culture et de la communication

Notre article « Droits de l’homme à l’ère numérique : quels enjeux pour les entreprises ? » ( 9 décembre 2014)

La tribune de Pascale Thumerelle, Directrice de la Responsabilité sociétale de Vivendi  "Données personnelles et responsabilité sociétale des entreprises" (Huffington Post, 4 décembre 2014)

Le témoignage de Sylvie Octobre, Chargée de recherche au Ministère de la Culture et de la Communication et auteur du livre « Deux pouces et des neurones » (Le Monde, 24 septembre 2014)

Focus

Parlez-vous le « Pic Speech » ? La nouvelle langue des générations Y et Z

8 janvier 2015

Le « Pic Speech », c'est ainsi que Thu Trinh-Bouvier a baptisé cette langue du métissage culturel pratiquée par les jeunes d'aujourd'hui. Dans son ouvrage intitulé " Parlez-vous Pic speech ? », l'auteure nous livre une étude sociologique sur la manière dont les générations Y et Z défrichent et inventent un mode de communication dans laquelle l'image est le vecteur central de leurs échanges.

(+)
Forum jeunes

Dénoncer les abus commis à l'encontre des droits de l'homme et provoquer des...

30 décembre 2014

"Les médias sociaux se sont révélés un vecteur extrêmement efficace permettant de dénoncer les abus commis à l'encontre des doits de l'homme et de réunir un soutien massif du public pour appeler au changement politique."

(+)
Fermer Partager