En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Marchés émergents, nouveaux usages et souveraineté numérique s’invitent au MaMA 2014

Focus
5 novembre 2014

Cinquième édition et trois filons thématiques (« festivals », « musique enregistrée » et « artistes ») pour le Marché des musiques actuelles (MaMA) qui a eu lieu du 15 au 17 octobre dernier. Une occasion pour les 4.372 professionnels présents d’enquêter sur les transformations, économiques et sociétales, qui investissent aujourd’hui la filière musicale.

Depuis 2009, le MaMA occupe une  place de choix dans les événements internationaux de l’industrie musicale. Avec pas moins de 67 nationalités représentées cette année et une montée en puissance des continents africain, asiatique et latino-américain, le rendez-vous s’affirme en tant que  carrefour d’échange entre le marché français et les opérateurs internationaux.
S’il y a bien un message fort qu’on retenait du MaMA déjà l’année dernière, c’est que l’avenir de la musique passe par l’ouverture aux autres cultures.

Cette année, la Chine a été mise à l’honneur du programme dans le cadre des 50 ans des relations diplomatiques franco-chinoises (France-Chine 50). La table-ronde “How to do business in China  a dressé un panorama de ce marché foisonnant et prometteur, potentiellement le plus gros au monde du fait de sa population mais aujourd’hui encore 21e en termes de revenus (81M dollars en 2013). Ceci est la conséquence directe  des barrières à l’entrée, des contrôles des autorités et du piratage massif, bien que ce dernier ait été atténué (de 99% à 60% de la musique écoutée, selon Ed Peto de Outdustry Group) par un renforcement de la législation sur les droits d’auteur.

Mais la donne change. Le secteur du live connaît un vrai essor et devient un terrain de rencontres interculturelles. Leonore de Boisgisson de Kaiguan Culture a illustré l’exemple de la tournée asiatique de Mathieu Chedid, dont le succès a reposé, entre autres, sur le choix de collaborer avec AM444 (duo trip-hop de Shanghai) et d’impliquer les jeunes universitaires chinois. 

Aussi, s’il est vrai qu’en Chine 80% de la musique est écoutée en format numérique, le développement de l’offre digitale constituera un vrai levier pour l’industrie. Coté création, l’élargissement de l’offre musicale permis par Internet favorise déjà le brassage des genres. “Le public a eu accès au répertoire occidental  d’un coup” a rappelé Billy Koh, éditeur. “La pop chinoise est influencée par des genres occidentaux tels que le hip pop et le rap américains, mais aussi par les courants indés et le rock”.

Au MaMA, le numérique était la toile de fond de tous les débats : partage de la valeur, innovations technologiques, rôle de l’artiste, nouveaux usages. La révolution digitale, révolution des pratiques bien avant que révolution des industries : c’est l’idée phare de la conférence « Les usages des consommateurs ». Enfin, parmi les moments forts, on évoquera le débat sur la souveraineté numérique, ou «la maîtrise de nos vies sur les réseaux » selon la définition de Pierre Bellanger, fondateur de Skyrock. Certes « il y a un côté positif à propulser sa propre culture dans le grand concert mondial » grâce aux réseaux (Rémi Bouton, journaliste et modérateur). Mais la reconquête de la maitrise de ces réseaux (via un plus grand contrôle des canaux de distribution, une gestion responsable des data, le renforcement des droits numériques des individus…) a été reconnue par les intervenants comme une étape incontournable pour préserver la diversité culturelle.

 

Pour aller plus loin

Le site du MaMA

Notre article sur le MaMA 2013 « MaMA : l'avenir de la musique passe par l'ouverture aux autres cultures » (24 octobre 2013)

Focus

« La RSE donne le ton » avec Jean-Christophe Bas

5 novembre 2014

Jean-Christophe Bas, Directeur de la Citoyenneté Démocratique et de la Participation au Conseil de l’Europe, est l’invité de l’émission « la RSE donne le ton » de la webradio Vivoice à l’occasion du Forum Mondial de la Démocratie.

(+)
Focus

Formation au Moffou : un ingénieur du son lauréat de la Bourse RFI Ghislaine Dupont &...

7 novembre 2014

Le 2 novembre 2014, Sidi Mohamed Dicko a reçu la Bourse RFI Ghislaine Dupont et Claude Verlon. Cette bourse récompense chaque année, dans un pays d’Afrique, un(e) jeune journaliste et un(e) jeune technicien(ne) radio de moins de trente ans.

(+)
Fermer Partager