En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Parité homme femme sur grand écran : 4000 films soumis au test de Bechdel

Chiffres clés
3 février 2016

Pour passer avec succès le test de Bechdel,  un film doit mettre en scène au minimum deux personnages féminins désignées par leur nom et qui sont engagées dans une discussion dont le sujet ne porte pas sur un homme. Le site Polygraph a passé au crible les 4000 principaux films sortis depuis 1995, dont 214 films Canal+. Verdict.

Sur la base des résultats obtenus par ce test de Bechdel et l’évaluation de 4000 films au cours  de ces vingt dernières années, le site Polygraph fait une tentative d’analyse du degré de  sexisme d’un scénario et met en relief le lien étroit qu’il entretient avec la présence ou non de femmes derrière la caméra. Les résultats parlent d’eux-mêmes : sur ces 4000 films, 60% seulement des films réussissent le test en offrant des rôles féminins consistants. Mais, si parmi la totalité des films on ne sélectionne que ceux où il y a au moins une femme scénariste, productrice ou réalisatrice dans l’équipe des décideurs derrière la caméra  le taux de réussite est de 91%.
Cette étude pointe du doigt la place des femmes au cinéma, devant mais aussi derrière la caméra : on dénombre 500 femmes réalisatrices seulement sur un total de 4500, soit 11% et essentiellement pour les films indépendants à petit budget.  Les femmes qui accèdent aux fonctions de scénaristes, réalisatrices ou productrices sont largement minoritaires (voir notre infographie Focus sur la place des femmes au 68ème Festival de Cannes  ,mai 2015).

Le site Polygraph a également effectué un classement du taux de réussite de films au test de Bechdel selon leur studio de production.  Ici, les studios européens apparaissent beaucoup plus progressistes que les studios américains. A ce titre, sur les 214 films estampillés Canal+ 66% réussissent le test, pour les 47 films Ciné+ on atteint un taux de réussite de 77%. Et c’est la BBC Films, avec 59 productions analysées, qui atteint le meilleur score avec 83% de réussite au test de Bechdel. Comparativement,  plus de la moitié des films produits par les américains Warner Bros, Columbia et Dreamworks échouent au test.

Pour certains, le test de Bechdel comporte des limites. Ainsi, lors du colloque Vivendi Sciences Po « Fiction et Genre », la scénariste et réalisatrice Rebecca Zlotowski relève que : «  Le renouvellement de l’archétype féminin ne se fait pas seulement par le biais de l’écriture mais aussi par le jeu des actrices et des acteurs » ( table ronde consacrée à  « La réalisation des films au féminin »).

Si l’intrigue d’un film peut être centrée sur un homme et une femme voire plusieurs hommes sans qu’on puisse le qualifier de sexiste, les résultats de l’étude menée par Polygraph nous rappelle néanmoins que la présence de femmes aux postes décisionnaires au cinéma reste un gage de plus de parité à l’écran.

 Pour aller plus loin :

L’article de Polygraph : Hollywood's Gender Divide and its Effect on Films (janvier 2016)

Focus sur la place des femmes au 68ème Festival de Cannes (mai 2015)

Vivendi et Sciences Po co-organisateurs du colloque « Fiction & Genre » (mars 2015)

L’étude Vivendi et le Laboratoire de l’égalité « La place des femmes dans la musique et le cinéma » (novembre 2013)

Focus

BAFTA 2016 : Prix du meilleur documentaire pour Amy

17 février 2016

Amy, le documentaire sur la vie de la chanteuse Amy Winehouse réalisé par Asif Kapadia et co-produit par Universal Music, a remporté le prix du meilleur documenaire aux BAFTA ( British Academy of Film & Television Arts), les principales récompenses britanniques du cinéma.

(+)
Focus

« Les nouvelles fabriques de la curiosité » : numérique et diversité culturelle en...

21 décembre 2015

Dans le cadre de l’anniversaire des dix ans de la signature de la Convention de l’UNESCO sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles,  Vivendi était partenaire de la conférence internationale sur « Les nouvelles fabriques de la curiosité » le 17 décembre 2015 au siège de l’UNESCO.

(+)
Fermer Partager