En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Rapprocher les technologies numériques et le monde de la culture au Sénégal : découvrez Trias Culture.

Focus
29 mars 2013

Trias Culture est un oiseau hybride, inqualifiable, à mi-chemin entre association, entreprise culturelle et label de formation.Créé par Maria Luisa Angulo, vibrante Salvadorienne installée à Dakar, la structure s’est donné une mission claire : « Lier les technologies avec le monde de la culture et de la création artistique ». Pour mener cet objectif à bien, trois axes de travail ont été développés : formation, création, sensibilisation.

Car Trias Culture est avant tout connue pour son label, Trias Numerika, qui propose un ensemble de formations aux artistes sénégalais afin de leur permettre de se professionnaliser grâce à l’usage des nouvelles technologies et des nouveaux médias : comment créer un site web, comment éditer des photos et des vidéos, comment gérer son réseau social, comment lancer sa campagne de crowdfunding, ou encore comment gérer sa e-réputation… Grâce à une première édition, ce sont pas moins de 75 artistes qui ont été formés pendant 1 semaine complète, à Dakar, et qui sont repartis avec des contenus concrets. Et si cette édition de lancement a été financée par des fonds extérieurs, ce qui a permis de rendre la participation gratuite sous forme d’un programme de bourses, Maria Luisa tient dur comme fer à ce que les artistes payent pour les services qu’ils utilisent et sortent petit à petit de la logique de la gratuité... Ce qui représente un travail de sensibilisation plus long qu’on ne le pense, ici au Sénégal. 

 

Maria Luisa Angulo, créatrice de Trias Culture

La deuxième activité de Trias Culture est celle de la création artistique autour des arts numériques. Maria Luisa, ancienne danseuse, s’anime en nous racontant les ateliers qu’elle a montés, où chorégraphes de divers horizons apprennent à s’approprier le numérique dans leurs créations, travaillent ensemble et font converger leurs sensibilisations et leurs expériences pour imaginer des esthétiques scéniques différentes, où se mêlent danse, capteurs numériques, vidéos, photos…

Enfin, Trias Culture a pour objet de sensibiliser le grand public, et particulièrement les enfants et les femmes, à l’art et au numérique.

La structure propose aux enfants des quartiers populaires, en collaboration avec les associations locales, de découvrir l’art et la technologie à partir d’un sujet qui touche à leur environnement (par exemple, la création de plantes à partir de déchets électroniques ou plastiques).

 

Femmes réunies pour un atelier à Pikine (Sénégal)

Auprès des femmes, Maria Luisa porte un formidable projet autour de la photographie comme moyen d’expression et de communication. Dans 4 lieux différents du Sénégal (3 quartiers de Dakar et 1 village) et auprès d’associations de femmes déjà organisées telles que des associations de développement ou de projets locaux, Trias Culture a proposé à 65 femmes une série d’ateliers, en présence d’une photographe professionnelle. L’idée : former à la photographie, démystifier l’apprentissage de cette technologie auprès de femmes, parfois analphabètes, qui ont trop souvent le réflexe de se dire que ce n’est pas pour elles, et leur donner la possibilité d’exprimer leur créativité pour raconter aux autres, par la photo, comment elles se voient et comment elles voient leur environnement et le rôle qu’elles y jouent. Pour Maria Luisa, l’objectif est simple, il s’agit de « rendre plus visible la participation des femmes dans le développement du quartier et du pays ».

Journée internationale de la femme

L’apogée de ce projet a eu lieu le 8 mars, Journée internationale de la femme, lors de laquelle Maria Luisa a organisé des projections de rue de toutes les photos prises par ces femmes. Une manière de s’approprier l’espace publique pour qu’enfin, le rôle des femmes dans leur quartier saute aux yeux de tous.

Le SparkTour : deux globetrotteuses à la rencontre des entrepreneurs culturels

Cet article est proposé par le SparkTour : le tour du monde culturel par deux jeunes Françaises, Karine et Adèle. Leur objectif : partir à la rencontre de femmes et hommes, entrepreneurs sociaux et journalistes, qui grâce à leurs actions innovantes revitalisent le tissu local. Vivendi, partenaire du SparkTour, a le plaisir de relayer, en exclusivité, les initiatives culturelles les plus audacieuses repérées par ces globetrotteuses. Plus d’infos sur le projet: www.sparktour.fr

Focus

Trash-to-Cash : l’art et l’artisanat local redonnent de la dignité aux personnes...

14 mai 2013

Trash-to-Cash travaille avec des personnes handicapées qui recyclent des déchets en utilisant les techniques traditionnelles d’artisanat indien adaptées à une conception moderne.

(+)
Focus

Les Cyan Girls, développeuses de jeux vidéo Made in Sénégal

29 mars 2013

Passionnées d’informatique, Awa C., Awa G. et Binta se sont lancées face à leurs confrères 100% masculins et ont développé ensemble le premier jeu vidéo sénégalais, Dakar Madness.

(+)
Fermer Partager