En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Ballaké Sissoko

31 août 2015

L’artiste malien Ballaké Sissoko joue de la kora, harpe-luth mandingue, depuis près de trente ans. Son parcours d’exception est jalonné de collaborations musicales insufflées par le dialogue entre les cultures, à l’instar de celle avec le violoncelliste français Vincent Segal.


 

Bamako, juin 2015. Face à la caméra, Ballaké Sissoko et son orchestre, font vibrer leurs cordes sur « Fama Den », composition créée pour dix koras à l’occasion du Festival de Fès des Musiques sacrées du Monde en mai 2015. « Fès au miroir de l’Afrique », telle était la thématique de la dernière édition de ce festival : un hommage à l’âme d’une Afrique aux héritages multiples où le maître de la kora malien et ses dix musiciens occupait une place de choix.

Cette session d’enregistrement a été réalisée par les ingénieurs du son de la formation au Mali soutenue par Vivendi depuis 2006.

Deux dates à retenir :
4 septembre 2015, sortie de Musique de nuit (No Format !) nouvel album de Ballaké Sissoko et du violoncelliste Vincent Segal
9 septembre 2015, concert des deux musiciens virtuoses sur la scène de la Philharmonie de Paris

Pour aller plus loin :

Enregistrement du Ballaké Sissoko Orchestra : le making of avec la formation des ingénieurs du son au Moffou (août 2015)

L’interview croisé de Ballaké Sissoko et Vincent Segal autour de leur premier album Chamber Music (No Format ! 2009), couronné d’une Victoire du Jazz en 2010 (mai 2012)

Battista Acquaviva

5 juin 2015 Chanteuse interprète

« J’ai toujours envisagé la musique comme une ouverture »

(+)

Amina Taha - Hussein Okada

2 octobre 2015 Conservateur général, musée national des Arts Asiatiques - Guimet, Paris

A propos de son grand-père Taha Hussein « Il faudrait revenir à ce qu’il a dit, écrit, pour apaiser un peu les tensions que l’on voit aujourd’hui exacerbées de part et d’autre de la Méditerranée »  

(+)
Fermer Partager