En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Ayo
En yoruba, une langue parlée au Nigéria, son nom d’artiste signifie "joie". Ayo, auteure-compositrice-interprète, est le fruit même de la diversité culturelle avec ses origines nigériane et roumaine, sa nationalité allemande et ses passages aux Etats Unis, à Londres et Paris.
De ces influences multiculturelles, Ayo a su trouver les correspondances qui font aujourd’hui la richesse de son univers musical, mélange atypique de soul, folk, reggae, rap et pop qui lui a valu un succès mondial : plus d’un million et demi de disques vendus dans 40 pays avant même la parution de son quatrième album, Ticket to the world, sorti en octobre 2013. Retrouvez ci-contre certaines des influences qui nourrissent cet univers musical éclectique.
+

Ayo en quelques mots

Ayo, de son vrai nom Joy Ogunmakin, compose et écrit ses propres chansons. Bercée par l’univers musical de son père, DJ dans les années 70, Ayo fait ses premiers pas en musique en apprenant le violon et le piano, puis la guitare. Si on le savait peu jusqu’alors, c’est avec le rap qu’elle commence dans les clubs, avant de devenir l’une des principales représentantes de la scène folk et soul européenne. 

Née à Cologne en Allemagne en 1980, d’une mère tzigane roumaine et d’un père nigérian, Ayo passe sa jeunesse entre l’Allemagne et le Nigéria. Constamment sur la route, elle vit à Hambourg puis à Londres, aujourd’hui, elle navigue entre New-York dont elle apprécie le melting-pot et Paris où « elle se sent comme à la maison ».

Son premier album Joyful en 2006 la révèle au grand public. « Down on my knees » et « And Its supposed to be loved », reprise de Abbey Lincoln, lui apporte la reconnaissance du public. Ces douze titres produits par Jay Newland, le producteur de Norah Jones, porteront Ayo jusqu’au succès en France, en Allemagne mais aussi en Italie ou en Grèce.

Sa popularité se confirme en 2008 avec l’album Gravity at last. Ayo y évoque la corruption, la politique, sa famille... Dans Billie-Eve, son troisième album, elle s’illustre en rendant un brillant hommage à Mickael Jackson, une des figures légendaires de la musique et de sa jeunesse en reprenant son titre « I want you back ».

En 2013, avec son album Ticket to the World elle revient à ses premières amours pour le rap et la soul, et signe des morceaux aux accents beaucoup plus pop. Pour Ayo, la musique est universelle et permet de voyager à travers le monde, avec Ticket to the World elle nous invite à découvrir le sien. Artiste engagée, dans la chanson titre de l’album Ayo dénonce la difficulté d’obtenir un visa qui peut rendre les gens prisonniers à l’intérieur de leurs frontières.

 

Entretien avec Ayo

Le mercredi 29 janvier, Ayo était au micro de Vivoice, la webradio de Vivendi, lors d'un "RDV Culture" d'exception. Ecoutez le podcast de l'émission dans laquelle Ayo partage son univers musical et ses sources d'inspiration.

 

 

Crédit: © Bernard Benant
Fermer Partager