En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Calogero

Calogero se singularise par son art de la mélodie et son goût du tube. Le chanteur compositeur, Italien de Grenoble et bassiste à l’anglaise – qui joue aussi de la guitare et des claviers – est devenu en l’espace de quelques années un «pop rockeur» à succès.

Dans la famille Maurici on a la fibre musicale. Alors qu’ils sont encore adolescents, Calogero et son frère montent le groupe Charts, puis poursuivent leur parcours en solo. Dans Les Feux d’Artifices, son sixième album enregistré à Londres en 2014, il réaffirme son statut de bassiste et les mélodies s’embrasent. L’univers musical de Calogero puise autant dans le patrimoine cinématographique, l’héritage pop rock anglo - saxon que dans la chanson française. Voici un éclairage sur ses inspirations croisées.

+

Calogero en quelques mots

Calogero Maurici, de son vrai nom, a grandi à Grenoble dans une famille d’origine sicilienne où il a reçu une éducation musicale dès le plus jeune âge, apprenant à jouer de l’orgue à l’âge de six ans.

 Le goût de la musique et de la scène est partagé par toute la fratrie. Avec son frère Gioacchino et un ami d’enfance, Francis Maggiuli, Calogero fonde un groupe de pop rock aux accents jazzy. Le trio Les Charts sort ainsi son premier album L’océan sans fond en 1989 qui connaît un certain succès, le deuxième Notre Monde à Nous deviendra double disque d’or en 1991, et s’ensuivront deux autres opus avant que Calogero décide de poursuivre sa carrière en solo.

Au milieu des autres, premier album à son nom, sort au printemps 2000. La même année il fait la première partie de certains concerts de Pascal Obispo de qui il est devenu complice. En parallèle, Calogero impose son nom dans le paysage de la chanson française en composant pour d’autres (Florent Pagny, Patrick Fiori ou Hélène Ségara) ou pour la comédie musicale triomphale Les Dix Commandements.

Les années suivantes seront celles de la consécration entre disques de diamant, Calogero (2002) et 3 (2004), disques de platine Pomme C (2007) et L’embellie (2009), Victoire de la musique dans la catégorie Artiste Masculin de l’année (2004) et Victoire de la Chanson Originale pour « Si seulement je pouvais lui manquer » (2005).

Après une tournée acoustique et une tournée avec un orchestre symphonique de 52 musiciens dirigés par Pierre Adenot qui feront l’objet de deux albums live, Calogero revient en 2014 avec un nouvel album. Pour son sixième album solo Les Feux d’artifice, Calogero s’entoure de belles plumes–  dont Alex Beaupain qui signe le texte de la poignante ballade « Avant toi ». Le titre « Un jour au mauvais endroit » inspiré d’un drame où deux jeunes ont trouvé la mort dans une banlieue de Grenoble, la ville de son enfance, lui a valu la Victoire de la Chanson Originale 2015. A ce jour*, c’est le dernier trophée de ce pop-rockeur à succès. 

Depuis, Calogero a participé à la compilation hommage à Michel Delpech J’étais un ange publiée à la fin de l’année 2016 et un nouvel album, enregistré dans les mythiques studios d’Abbey Road - là où les Beatles ont enregistré la plupart de leurs tubes – est en préparation. En attendant sa sortie événement courant 2017, le chanteur dévoile son premier single «Je joue la musique » : 

* Publié le 06/11/2015
Fermer Partager