En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Goran Bregovic

Rock star absolue de la  Yougoslavie  des années 1970-80, compositeur renommé de musiques de films dans les années 1990 – notamment ceux du cinéaste serbe Emir Kusturica – musicien prodige des Balkans, performer infatigable ou encore producteur libre et décomplexé : Goran Bregović est tout cela à la fois. Dans la musique unique et universelle du serbo-croate une grande variété d’influences fusionnent. 

Des racines slaves et tziganes revendiquées, une passion pour le rock anglo-saxon ou encore un attrait pour le classique et les musiques du monde : l’univers de Goran Bregović reflète la diversité de ses sources d’inspiration. Aux chœurs orthodoxes se mêlent un folk balkanique aux accents de fanfare, traversé par des guitares électriques et rythmé par des percussions traditionnelles. De Led Zeppelin à la musique sacrée en passant par David Bowie ou le compositeur polonais minimaliste Henryk Górecki, les influences du premier ambassadeur des musiques balkaniques sont évidemment cosmopolites. 

+

Goran Bregović en quelques mots

Originaire de Sarajevo, né en 1950, d’une mère serbe et d’un père croate, Goran Bregović a une prédisposition pour la mixité culturelle. Sa musique unique et universelle réalise une fusion de rock électrique, folk balkanique, fanfare gitane, chœurs de l’Eglise orthodoxe et percussions traditionnelles. Goran Bregović a enregistré une trentaine d'albums et les concerts qu’il a donnés, avec une folle énergie, se comptent par milliers.

Dès 1974  avec  son groupe Bjelo Dugme (Bouton Blanc) il sort son tout  premier album Kad Bi' Bio Bijelo Dugme qui remporte un franc succès immédiat en Yougoslavie. De 1979 à 1989, le groupe enchaîne les tournées et les albums d’un rock survolté, neuf au total. Véritable triomphe dans les pays de la côte adriatique.

Se liant d’amitié avec le cinéaste et musicien serbe Emir Kusturića, Goran Bregović compose ensuite pour le cinéma. Le duo collabore ainsi sur les films Le Temps des Gitans (1989), Arizona Dream (1993) ou la Palme d’Or à Cannes en 1995, Underground (1995). C’est la consécration. Goran Bregović signe aussi la musique du film de Patrice ChéreauLa Reine Margot (1994), prix du jury à Cannes.

Cet insatiable voyageur a fait le tour du monde et  multiplié les collaborations musicales aux quatre coins de la planète avec l’incontournable capverdienne Cesaria Evora, la diva Turque Sezen Akszü, le crooner grec George Dalaras, la star polonaise Kayah, l 'icône Iggy Pop, le cultissime Scott Walker, l'orfèvre Stephan Eicher ou encore les punks de Gogol Bordello et les souverains Gypsy Kings.

En 1997 il décide de repartir sur la route avec son Orchestre des Mariages et des Enterrements, une  formation à géométrie variable  proche des orchestres qui jouent la tradition lors des  grands rassemblements familiaux et qui peut regrouper jusqu’à une cinquantaine de musiciens. Ainsi depuis 20 ans, ­Goran Bregović fascine chaque soir un public galvanisé au cours d'une tournée dont personne ne peut prédire  la fin et avec pour seul guideline : « If you don't go crazy here , you're not normal ! »

Fermer Partager