En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Martin Scorsese

Scorsese est un des grands noms de la génération dite du « Nouvel Hollywood » dans les années 1970, avec Spielberg, Lucas, Coppola et de Palma entre autres. Le réalisateur de Taxi Driver et des Infiltrés est un directeur d’acteurs rare et un alchimiste de l’image et du son dont l’œuvre, aux sources d'inspiration multiples, est incontournable.

Né en 1942 à New York, Scorsese a grandi dans le quartier de Little Italy et c’est dans sa ville qu’il tournera la majeure partie de ses films -  la rue, où résonne la musique, constituant sa première source d’inspiration. Le réalisateur Italo - Américain est passionné de musique et se définit comme enfant du rock (c’est la pulsation vitale de son cinéma) mais aussi du jazz, du blues et de l’opéra. En cinéphile érudit, Scorsese voue également un culte aux figures du cinéma classique. Travelling sur les inspirations d’un réalisateur pour qui le cinéma et la musique relèvent de la même impulsion, et à qui la Cinémathèque française consacre une exposition.

+

Martin Scorsese en quelques mots

D’origine sicilienne, Martin Scorsese est né et a grandi à New York. Enfant, on le diagnostique asthmatique et, pour tuer le temps, il observe la rue. Il faut l’imaginer perché, sur l’escalier de secours de l’appartement familial donnant sur Elizabeth Street s’imprégner de l’ambiance du quartier de Little Italy. Chez Scorsese c’est de la rue que jaillit l’inspiration, et ces scènes de rue observées durant sa jeunesse deviendront des scènes de ses films. La rue mais aussi la musique qui y règne. « De la musique s’échappant des voitures qui passaient, des fenêtres ouvertes, des devantures des magasins. De l’opéra, de la musique traditionnelle italienne, du big-band, du doo-wop, du Broadway, des symphonies, du jazz, du rock n’roll. La musique pouvait intensifier ce qui se passait dans notre salon ou dans la rue, et d’une certaine manière, le compléter. C’était comme si ma vie était mise en musique par une bande originale de film permanente », témoigne Scorsese dans le livret qui accompagne la première anthologie discographique jamais consacrée à la musique de ses films The Cinema of Scorsese ( Decca Records / Universal Music, 2015). Stéphane Lerouge, Responsable de la collection discographique Ecoutez le cinéma ! au sein d’Universal, qui a conçu et réalisé ce coffret résume, dans la vidéo ci-dessous, la variété des inspirations musicales de Scorsese « véritable jukebox vivant ».


Exposition Scorsese - Stéphane Lerouge revient... par vivendi

S’il a d’abord voulu être prêtre, Scorsese se dirigera vers des études cinématographiques à la New York University. En 1973, il a trente-deux ans lorsque sort Mean Streets, première collaboration du duo qu’il forme avec l’acteur Robert De Niro et qui l’impose comme l’un des réalisateurs les plus prometteurs de sa génération. Avec Taxi Driver en 1976 c’est la consécration : Palme d’Or à Cannes. Ragging Bull (1980), toujours avec De Niro dans le premier rôle marquera les esprits et la critique. Parmi les films phares du cinéaste Italo-Américain figurent aussi ses plongées dans le monde de la mafia Les Affranchis (1990) et Casino (1995). La ville de New York est naturellement au cœur de l’œuvre de Scorsese, à l’image de l’épopée historique Gangs of New York (2002) en pleine guerre civile, portée notamment par Leonardo DiCaprio qui tournera ensuite avec Scorsese à maintes reprises – notamment pour Les infiltrés (2006), Oscars du Meilleur Film et du Meilleur Réalisateur.

Cinéphile de la première heure, ceux et celles qui ont fait l’histoire du cinéma ne cesseront d’influencer l'oeuvre de Scorsese. Un amour du cinéma qui le poussera à s’engager en pionnier pour la sauvegarde du patrimoine cinématographique mondial en créant en 1990 The Film Foundation avec sept de ses amis réalisateurs : Woody Allen, Francis Coppola, Stanley Kubrick, Georges Lucas, Sydney Pollack, Robert Redford et Steven Spielberg. Depuis sa création, la fondation a restauré plus de 600 films de 17 pays différents, des classiques du cinéma mais aussi des documents d’archives et documentaires.

En 2016, Martin Scorsese est à l’honneur, le Festival Lumière lui a rendu hommage et ses films et inspirations font l’objet d’une exposition rétrospective à la Cinémathèque française du 14 octobre 2015 au 14 février 2016 en partenariat avec Vivendi. Zoom sur quelques unes des inspirations de ce cinéaste, cinéphile et mélomane, aux références multiples.

Crédits : © Brigitte Lacombe
Fermer Partager