En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Alban Berg (1885-1935)

En 2010, Patricia Petibon a été la première chanteuse française à prêter la voix à Lulu, protagoniste de l’opéra homonyme de l'Autrichien Alban Berg. Un rôle charnière dans le parcours de la soprano de par sa complexité et sa richesse.

Une idée pour découvrir Berg

Compositeur du début du XXe siècle, Alban Berg est l'un des créateurs de la musique dodécaphonique. Composé à la fin de sa vie et laissé inachevé, l’opéra Lulu est la parabole d’une femme sulfureuse et « fatale », de son ascension sociale jusqu’à sa déchéance.  Le livret fut inspiré par deux pièces du dramaturge Franck Wedekind, L’esprit de la terre (1895) et La boîte de Pandore (1902). 

Patricia Petibon dit avoir « procédé en  géologue » (entretien accordé à Marie-Aude Roux en 2012 pour Le Monde) pendant un an, pour se repérer dans une partition d’une grande complexité structurelle et extrêmement exigeante  quant à la voix et à l’interprétation. Le rôle demande en effet au chanteur d’employer toutes les techniques, du bel canto à la voix parlée, du registre aigü jusqu’aux tons les plus graves.

La soprano a accepté le pari à la demande d’Olivier Py, le metteur en scène, pour une coproduction du Grand Théatre des Liceu (Barcelone) et du Grand Théâtre de Genève (ici un extrait du Lied de Lulu, tiré de l'acte 2).  

Fermer Partager