En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Barbara (1930 – 1997)

Calogero est un fervent admirateur de Barbara : « L’aigle noir » figure ainsi sur l’album de reprises de son premier groupe Les Charts et le chanteur en solo continue régulièrement de rendre hommage à la grande dame sur scène.

Une idée pour découvrir Barbara

Née à Paris en 1930, dans une famille juive originaire d’Europe centrale, Barbara devra fuir la capitale pendant l’occupation allemande et sera amenée à passer son enfance à St Marcellin, près de Grenoble où a grandi Calogero.Celle qui depuis sa petite enfance rêve de devenir « pianiste chantante » ne franchira la porte des cabarets parisiens qu’en 1955, à force de persévérance et après de timides débuts en Belgique. C’est à l’Ecluse, quai des Grands Augustins, où l’on croise également Georges Moustaki, Serge Gainsbourg, et Brigitte Fontaine, qu’elle se produit tous les soirs vers minuit. « La chanteuse de minuit » finit par imposer sur scène son  personnage de « longue dame brune », comme elle se plaît à se surnommer, qui sied parfaitement à son répertoire mélancolique.

En 1978, Barbara triomphe dans la salle mythique de l’Olympia où elle se produit pour la deuxième fois. Ces dates font l’objet d’un enregistrement public : l’album Olympia 1978.  L’opus rassemble les titres qui ont fait sa renommée telle que « Ma plus belle histoire d’amour c’est vous », lettre d’amour à son public, et « Le mal de vivre ».

Fermer Partager