En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Billie Holiday (1915-1959)

Norah Jones se réclame de l’héritage de Billie Holliday, «The Lady singing the blues». 

Une idée pour découvrir Billie Holiday

Eleanora Fagan, de son vrai nom, est née en 1915 à Philadelphie, et a grandi à Baltimore avant de rejoindre sa mère à New York en 1928. Pour échapper à la prostitution et à la délinquance, elle prend le patronyme de Billie Holiday, en référence à son idole l’actrice du cinéma muet Billie Dove et commence à se produire dans des clubs de jazz newyorkais. Elle est, avec Nina Simone et Ella Fitzgerald entre autres, une des principales figures afro-américaines du jazz vocal se démarquant par son phrasé si particulier et intimiste.




Enfance écorchée, lutte acharnée contre le racisme : sa voix unique résonne comme un cri qui vient du cœur. L’opus Lady Sings The Blues (1956) rassemble certains des titres les plus engagés de « Lady Day » dont le symbolique « Strange Fruit », qui dénonce  le lynchage des noirs dans le sud des Etats-Unis encore pratiqué en 1939.

 

Fermer Partager