En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Charles Baudelaire (1821-1867)

28 avril 2014

Chez Juliette, poésie et chanson ne font souvent qu’un. Comme Léo Ferré, une de ses inspirations, elle s’est essayée à mettre en musique les vers de Baudelaire.

Une idée pour découvrir Charles Baudelaire

Considéré comme l’un des plus grands poètes français du XIXème siècle,  Charles Baudelaire ne publia qu’une seule œuvre de son vivant : le recueil de poèmes Les Fleurs du Mal (1857). Heurtant la morale bourgeoise de l’époque, ce recueil qui évoque, entre autres, les thèmes des paradis artificiels, de la luxure, du vice et des amours interdits sera censuré à sa publication. Aujourd’hui célébré comme l’une des œuvres majeures de la poésie moderne, Les Fleurs du Mal influença de nombreux poètes comme Arthur Rimbaud et Stéphane Mallarmé. 

Dans l’album Mutatis Mutandis (2005), Juliette chante « Franciscae meae laudes » un poème écrit en latin par le poète. Cette interprétation, que l’artiste avait d’abord imaginé mettre en musique sur un air de reggae, lui tenait à cœur depuis longtemps. Dans ce poème, « le poète de la décadence bourgeoise a voulu rendre hommage à la décadence latine » écrit Juliette dans son livre Juliette, Mensonges et autres confidences*. Elle choisit finalement une instrumentalisation d’inspiration médiévale qu’elle entremêle avec un refrain aux sonorités plus cubaines.

-------

*Source : Juliette Noureddine, Juliette, Mensonges et autres confidences, Paris, Les Editions Textuel, [musik], 2005. 

Fermer Partager