En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Dalida (1933 – 1987)

Calogero a été bercé pendant son enfance par les chansons de Dalida, idole de sa mère qu’ils écoutaient à la radio et qui a marqué son propre univers musical.

Une idée pour découvrir Dalida

Dalida est née en Egypte en 1933 de parents italiens sous le nom de Yolanda Gigliotti. A 21 ans, elle décide de se présenter secrètement à un concours de beauté et se verra décerner le titre de « Miss Egypte » avant de s’envoler vers la France pour y tenter sa chance. Bruno Coquatrix, qui vient de racheter la légendaire salle de l’Olympia la remarque sur la scène d’un cabaret et l’invite à participer au concours qu’il organise. Un directeur artistique dans la salle du boulevard des Capucines  le jour du concours, Lucien Morisse, est touché par sa prestation et décide de prendre sous son aile la chanteuse rebaptisée Dalida. Avec la chanson « Bambino » elle devient la première interprète à remporter un Disque d’Or, fait la première partie du spectacle de la vedette Charles Aznavour, et conquiert un public international par sa capacité à chanter en plusieurs langues. A l’orée des année 1980, la madone italo-égyptienne enchaîne les tubes « Il venait d’avoir 18 ans », « Besame mucho » avant de surfer sur la vague disco avec « J’attendrai » ou renouer avec ses racines égyptiennes grâce à « Salma ya Salama », autant de titres réunis sur l’anthologie Comme si j’étais là (1995).

Fermer Partager