En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Dinah Washington (1924-1963)

Dinah Washington incarne une des voix majeures du jazz, style musical dont s’est imprégné Martin Scorsese dans sa jeunesse et dont il a parsemé ses films.

Une idée pour découvrir Dinah Washington

Dinah Washington est née le 29 août 1924 en Alabama mais a grandi à Chicago où elle débute le chant. Dès le plus jeune âge, elle se fait remarquer pour son talent précoce : elle intègre une chorale de Gospel dont elle prend rapidement la direction, jouant du piano dans les églises et remportant des concours. Mais elle préfère vite les clubs de jazz aux églises où, par sa voix remarquable, elle s’impose vite comme the « Queen of the blues » dans les années 1950. Dinah Washington, morte prématurément à l’âge de 39 ans, connaîtra une carrière fulgurante : star montante à Harlem, icône de la communauté noire, ses disques connaissent un grand succès de son vivant. Elle demeure l’une des voix prodigieuses du jazz.

Dans son film Shutter Island (2010), Martin Scorsese décide de mixer deux titres diamétralement opposés : This Bitter Earth (1960) de Dinah Washington et On The Nature of Daylight (2004) de Max Richter, symphoniste germano britannique. La voix apaisante de Dinah Washington apposée sur un quinttette à cordes au lyrisme tourmenté se révèle être la compression musicale du sujet même du film où se confrontent deux réalités.  La synthèse des deux morceaux résume parfaitement les inspirations musicales pléthoriques de Martin Scorsese.

Fermer Partager