En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Fairuz Née en 1934

« Le Liban dans sa beauté naturelle »,  tels sont les mots d’Ibrahim Maalouf à propos de la chanteuse Fairuz, icône en son pays natal. Il a d’ailleurs repris un de ses standards dans son deuxième album Diachronism (2000).  

Une idée pour découvrir Fairuz

Fairuz fait partie des vedettes de la chanson arabe ancrées au Liban, auquel elle est restée fidèle et n’a cessé d’y demeurer, même en période de guerre. Celle dont le nom de scène signifie « turquoise » en arabe a commencé à chanter à l’âge de 13 ans dans une chorale. Sa carrière décolla lorsqu’on la présenta au directeur de la radio du Proche-Orient "Mahattat Ach-Charq Aladna",Halim Elroumi. Immédiatement séduit par la richesse du timbre de Fairuz, il paria sur ce jeune talent, lui composant des chansons et la présentant aux deux frères Rahbani qui devinrent ses compositeurs attitrés. Ce trinôme artistique, à l’avant –garde, œuvra pour un renouveau de la musique arabe dans les années 1940 et 1950, la teintant notamment d’influences musicales d’Amérique du Sud.

Pour l’album Wadhon (1979), elle se détache des frères Rahbani et c’est son fils, Ziad Rahbani qui signe toutes les compositions. L’opus marque un tournant dans la carrière de Fairuz avec des arrangements jazzy qui font date. 

Fermer Partager