En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Fernand Léger (1881 – 1955)

Pour Henri Langlois, cinéma et arts plastiques ne font qu’un. C'est pourquoi il affectionne tout particulièrement les peintres qui s'aventurent sur le terrain du cinéma, comme Fernand Léger. 

Pour Henri Langlois, cinéma et arts plastiques ne font qu’un. C'est pourquoi il affectionne tout particulièrement les peintres qui s'aventurent sur le terrain du cinéma, comme Fernand Léger. 

Une idée pour découvrir Fernand Léger

Actif dans la première moitié du XXe siècle, le peintre français Fernand Léger est connu pour son apport au cubisme qu’il déclina à sa façon (certains appellent ce mouvement « tubisme » pour le recours récurent à des formes géométriques en tube). L'avènement de la mécanique fut une source première d'inspiration pour le peintre qui s'attacha à traduire picturalement le mouvement, à la manière des futuristes.
Le cinéma est pour Léger un terrain pour expérimenter le mouvement  et le rythme. En 1924, en collaboration avec les américains Dudley Murphy et Man Ray, il réalise le court métrage Le Ballet mécanique, un film sans histoire composé d'une série d'images, de personnages, objets et ombres montés de façon rythmique. Montré pour la première fois à Vienne en 1924, Le Ballet mécanique connait un succès extraordinaire. Langlois, qui le découvre en 1934, en reste abasourdi et programmera souvent le court métrage à la Cinémathèque.

En 1972, pour l’inauguration du musée du Cinéma c’est  sans surprise un tableau de Fernand Léger que reprend l'affiche de l'exposition « Trois quarts de siècle de cinéma mondial ».

 

 

 

 

Crédits : Fernand Léger. Affiche de l’exposition « Trois quarts de siècle de cinéma mondial » qui inaugure le musée du Cinéma au palais de Chaillot, juin 1972 © ADAGP, Paris 2014.
Fermer Partager