En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Henri Matisse (1869 - 1954)

Le peintre Matisse est l'un des artistes admirés par Langlois à tel point que le directeur de la Cinémathèque française projette de consacrer un film à son œuvre.

Une idée pour découvrir Matisse

Le Français Henri Matisse se familiarise avec les pinceaux à 21 ans lors d'une longue convalescence et y consacre par la suite toute son existence. Il est le précurseur du « fauvisme », courant artistique du début du XXe siècle (ainsi baptisé par le critique d'art Louis Vauxcelle lors du Salon d'automne de 1905) qui se caractérise par la défense d'une peinture fondée sur l'instinct et l'affirmation de la force expressive de la couleur.
Dans la dernière période de sa vie, Matisse développe la technique des « gouaches découpées », qui consiste à peindre d'une couleur des feuilles de papier, y découper des formes et les assembler dans une composition. Le peintre utilise cette technique pour le livre Jazz (1947) qui rassemble vingt planches colorées et des pages d'écriture. 

L'une de ces planches, représentant Icare, est à l'honneur de l'affiche de l'exposition que la Cinémathèque française a consacrée à Langlois (ci-contre). Langlois entame en 1950, à l'aide du chef opérateur Frédéric Rossif, un projet de film sur l'œuvre de Matisse. Il en reste aujourd'hui des extraits saisissant des moments privilégiés du travail du peintre.

 

 

 

Crédits : Affiche de l’Exposition « Icare » (Planche au pochoir VIII, Jazz, Tériade éditeur, 1947) d’Henri Matisse sur l’affiche de l’exposition Le Musée imaginaire d’Henri Langlois © Succession H. Matisse. Photo : Archives Henri Matisse / Graphisme : Roland Lecouteux © Ciné-Culture – La Cinémathèque française.
 
Fermer Partager