En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Jeff Buckley (1966 – 1997)

26 septembre 2014

L’univers de Patricia Petibon s’étend bien au-delà de la musique « savante ». Fan de rock, elle apprécie les voix imparfaites mais débordantes d’émotions, ainsi que les artistes à l’univers défini et original, tels que Bjork ou Radiohead. Jeff Buckley occupe cependant une place de prédilection. 

Une idée pour découvrir Jeff Buckley

Fils de Tim Buckley, grand chanteur et auteur de chansons américaines, Jeff Buckley grandit en prodige de la guitare et du chant, bercé par l’univers classique de sa mère violoncelliste et des influences rock qui lui sont transmises par son beau-père. Il se fait remarquer avec  Grace (1994), son premier et unique album studio, qui contient entre autres une très célèbre reprise de « Halleluja », standard de Leonard Cohen. C'est après sa mort prématurée, à l'âge de trente ans, que sa musique connaît la plus grande notoriété grâce aux albums live “Sketches” et “Live à l'Olympia”.

Patricia Petibon admet être littérairement bouleversée par l’album Grace.  Elle admire chez l’artiste américain la capacité d’ « utiliser les failles, la souffrance et la finesse » de la voix, confie-t-elle à France Musique (entretien avec Emilie Munera en octobre 2013). Patricia Petibon qualifie Jeff Buckley de Maria Callas du rock-pop.

 

Fermer Partager