En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Robert Wiene (1873 – 1938)

Henri Langlois apprécie énormément le cinéma expressionniste allemand. Grâce à sa collaboratrice Lotte Eisner, il rassemble pour la Cinémathèque l'une des plus belles collections de décors et de documents au monde autour de ce courant. Le cabinet du Docteur Caligari (1919), œuvre du réalisateur Robert Wiene et film manifeste de ce mouvement, est très cher à Langlois.

Une idée pour découvrir Robert Wiene

Formé au théâtre en tant qu'acteur et metteur en scène, Robert Wiene est l'un des représentants de l'avant-garde,  baptisée « cinéma expressionniste », qui se développe en Allemagne sous la république de Weimar. Cette forme de cinéma muet se caractérise autant par les sujets traités – souvent relevant du fantastique - que par le jeu d'acteur très exagéré et le traitement de l'image (jeux d'ombre, décors où dominent les lignes obliques). Aujourd'hui, cette esthétique constitue par exemple une source d’inspiration notable pour le réalisateur Tim Burton.
Le Cabinet du docteur Caligari (1919) est une histoire de meurtres mystérieux à l'occasion d'une fête foraine, qui cache en réalité une dénonciation de l'omnipotence de l'Etat. Le film fut un triomphe dans le monde entier. L'œuvre doit beaucoup au travail du décorateur Hermann Warm qui réalise des décors en toiles peintes  à l'aide des artistes expressionnistes Walter Reimann et Walter Röhrig. A la demande d'Henri Langlois, Hermann Warm a d’ailleurs reconstitué, en 1970, 130 m2 du décor à la Cinémathèque. Le film fut projeté lors de la première séance du Cercle du cinéma, fondé par Langlois en 1935.

 

 

Crédits : Auteur inconnu. Vue de l’intérieur du Musée au Palais de Chaillot, décor du Cabinet du docteur Caligari reconstitué par Hermann Warm 1988 © DR.
Fermer Partager