En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies « tiers » ou technologies similaires destinés à identifier et analyser vos centres d’intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer le cas échéant ces traceurs, nous vous invitons à cliquer ici.
Pour poursuivre votre navigation sur ce site, cliquez sur «» pour Continuer et/ou poursuivez votre navigation.

Marguerite Abouet

Auteure, scénariste, dialoguiste et créatrice de la série TV « C’est la vie »

13 janvier 2017
« Je suis née dans un pays où la joute verbale est innée, je suis née avec ces dialogues »

Marguerite Abouet a grandi à Abidjan avant de venir vivre en France à l’âge de douze ans et d’y poursuivre des études de droit. A 34 ans, alors qu’elle travaille en cabinet d’avocats, elle créé le personnage d’Aya de Yopougon, qui donnera son nom à la série de bande dessinées du même nom. L’histoire d’Aya, évocation des « souvenirs heureux » de  son enfance en Côte d’Ivoire dans ce quartier de Yopougon, illustrée par le dessinateur Clément Oubrerie, est couronnée du prix du premier album au festival d’Angoulême 2006. La série, qui rassemble six tomes, est un véritable succès et se vend à plus de 700 000 exemplaires dans le monde.

En parallèle de la bande dessinée, Marguerite Abouet se tourne vers la télévision et crée en 2015 « C’est la vie » (A+, Canal + Afrique), série qui a pour objectif de sensibiliser le public sur des sujets comme la santé maternelle et infantile. «C’est aussi de ma responsabilité en tant qu’auteure, en tant que femme, de raconter des histoires liées à des problèmes de femmes », témoigne Marguerite Abouet dans cette interview. Cette série TV, pionnière, est entièrement produite en Afrique et rassemble une équipe de 200 personnes au Sénégal ,dans les Studios de Dakarwood, dont des scénaristes formés sur place au sein d’ateliers d’écriture et sept réalisateurs sélectionnés par le biais d’un concours panafricain.  

Fort du succès de la saison 1, diffusée sur  A+ en 2015,  la saison 2 de « C’est la vie » est actuellement en cours de tournage. Le premier épisode sera présenté au FESPACO (Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou ) en février 2017.

Bertrand Tavernier

24 janvier 2017

« Un réalisateur c’est quelqu’un qui doit aller déterrer des émotions secrètes et leur donner une force, une existence » 

(+)

Matthijs Bakker

19 juillet 2016

« Pour exercer mon métier, il faut avant tout être très ouvert d’esprit parce qu’il faut apprendre de tout le monde et comprendre les spécificités culturelles » 

(+)
Fermer Partager